"...I'm glad that Arashi are these 5 people.
I'm glad that you're Arashi fans"


J's last greeting - Fukuoka Dome - First Day (14/11/2014)

Cr to FindAiba Twitter
Matsumiya

Otanjobi Omedeto ma Lili !!!!! <3

pas de titre
OTANJOBI OMEDETO !!!!!

Et oui aujourd'hui est un jour spécial ...
Spécial parce qu'il s'agit de l'anniversaire
d'une amie très précieuse ... la Meilleure !!
Alors un tonnerre d'applaudissements pour l'anniversaire de ma Lili <3

Je te souhaite un trèèèès joyeux anniversaire ma Lili!!! ^^

Profite bien de cette journée, même si je sais
que tu es entrain de passer des examens ... Gambatte !!!!!!!
Que cette journée soit remplie de bonheur !!!

Et maintenant place à la petite surprise ...
Alors je ne sais pas si tu te rappelles, cela remonte au moins à l'année dernière, mais je t'avais parlé d'une idée de fanfic qui m'était apparue en plein boulot ...
Si je te dis "panne", ça te dit quelque chose ?? ;)
Et depuis, l'idée a beaucoup mûri et est devenue réelle ...
Je te laisse la découvrir en ésperant qu'elle te plaira !!

Dozo !
[Fantasme ou Réalité (cliquer pour ouvrir)]



C’est une de ces journées où l’on se dit que l’on aurait mieux fait de rester bien au fond de son lit, blotti dans une chaleur aussi confortable que rassurante, loin des soucis extérieurs qui vous rappellent la dure réalité du monde.


Pour la énième fois, je suis en retard. Pris dans un de ces jeux de rôle sur le net des plus passionnants, je n’ai pas vu les heures qui défilaient. Et me voilà donc, en entrain de courir vers mon lieu de travail. Et pour ajouter à cette journée qui s’annonce des plus détestables, le temps a décidé de s’y mettre, déversant sur moi, toute sa colère, m’obligeant à me couvrir avec ce qui était censé me servir de veste et non comme le dernier rempart entre ce déluge et moi.


Puis, j’emprunte le bus. Et comme, il fallait s’y attendre à cette heure de la matinée, il est bondé. Outre le brouhaha qui m'assaille les oreilles, diverses odeurs me parviennent, formant un mélange des plus désagréables. Effluves que je vais devoir supporter jusqu’à mon terminus.


Arrivé, enfin, à destination, je m’empresse de sortir avant de ne succomber à toute cette émanation nauséabonde qui commençait à m’incommoder fortement.


Encore, quelques mètres, et me voilà enfin devant cette bâtisse. Le groupe pour lequel je travaille, est reconnu mondialement. Il dégage de nombreux bénéfices chaque année grâce aux différents logiciels qu’il conçoit et exporte à travers le monde. Pour ma part, je n’ai pas une place des plus importantes, mais le poste que j’occupe me plaît assez. Heureusement, sinon je ne verrai pas l'intérêt de subir toutes ces épreuves que je viens de traverser, juste pour arriver jusqu’à mon bureau.


Je me décide, alors, à entrer, rencontrant, au même instant, mon propre reflet sur l’une des vitres des portes automatiques du hall. Et là, je ne peux que constater les dégâts causés par toute cette hâte, et cette pluie, me faisant plus ressembler à un pauvre petit chien errant trempé, qu’à un employé de bureau. Je fais vraiment peur à voir. Mais qu’importe, je n’ai vraiment pas le temps de me lamenter sur mon propre sort, déjà assez accablant comme ça.


Une fois à l’intérieur des murs, je me dirige vers l’ascenseur. Et oui mon bureau se trouve au dix-septième étage. J’appuie donc, sur le bouton espérant que son arrivée ne se jouera pas de mon impatience. Une minute … deux … trois … Mais ce n’est pas possible,  jusqu’où cette malchance va continuer. Agacé, j’intensifie mon rythme sur ce bouton, qui finira par céder sous le poids de la pression que je lui fais subir, si jamais la situation devait perdurer.


Soudain, le miracle se produit. Je m’engouffre, alors, rapidement, ne laissant pas aux portes le temps de s’ouvrir entièrement. Malheureusement, ma précipitation a raison de moi. Et ce qui devait arriver, arriva. La collision est inévitable.

Mais, c’est l’incident de trop. La goutte d’eau qui fait déborder le vase.


A bout, je peste, alors, contre mon interlocuteur. Je ne lui accorde même pas un regard, trop occupé à m’activer de réunir mes documents qui se sont éparpillés à même le sol. Mais contre toute attente, ses mains viennent se joindre aux miennes. Et là, je suis comme hypnotisé.  Jamais, je n’avais vu de telles mains. Et alors qu’il m’effleure, d’un geste malencontreux, un frisson me parcourt.  Je ne peux, alors,  m’empêcher de penser ô combien, il doit être agréable de sentir ces doigts glisser sur soi … être caressé dans un contact à la limite du désir.


Stop ! Mais qu’est- ce qu’il m’arrive. Ce n’est pas le moment d’avoir ce genre de pensées des plus malsaines. Je dois faire vite.


Je me redresse, et fais face, enfin, à la personne responsable de tout ce désastre.

Second choc … Mais cette fois, c’est mon cœur qui en prend pour son grade. L’homme qui se dresse devant moi … qui me sourit de ses lèvres si délicates …qui me regarde de ses yeux d’un noir profond ...me plonge dans un état second.


Malgré tout, j’entre dans l’ascenseur, mais plus ou moins avec l’allure d’une marionnette dont on se joue. Et je le regarde ainsi, s’éloigner, disparaissant progressivement jusqu’à finir par me retrouver face à un mur d’acier.


Il me faut, alors, quelques secondes pour reprendre mes esprits. Je secoue la tête, me donne deux bonnes tapes sur les joues; histoire de me reconnecter avec la réalité.

Puis j'appuie sur le numéro de mon étage, et me laisse, ainsi, transporter jusqu’à la finalité de toutes ces péripéties.


Cependant, le temps que dure mon ascension, je ne peux m’empêcher de me remémorer ce qu’il vient de se passer. Je réalise, alors, l’absurdité de ma situation. Cet homme que je ne connais pas, et que je ne reverrai sûrement jamais, a éveillé en moi des pulsions plus que gênantes. Et le plus ironique dans tout ça, c’est que cela ne m’a pas déplu. J’ai même été jusqu’à nous imaginer, lui et moi … nos corps brûlant de désir entrain de s’animer dans un rythme effréné.


Mah, je dois vraiment être dérangé pour avoir des pensées aussi perverses. A moins qu’il ne s’agisse là d’une réclamation de mon propre corps en manque d’amour depuis bien trop longtemps, maintenant. Mais qu’importe, il n’est, de toute façon, pas correcte d’avoir ce genre d’idées, surtout ici. D’ailleurs, les portes s’ouvrent à nouveau. Je suis enfin arrivé, et je vais pouvoir tout oublier, en me plongeant dans le travail qui m’attend.


J’entre dans mon bureau, referme la porte derrière moi, et pousse un ouf de soulagement.


Que d’aventures pour arriver jusqu’ici. Je vais enfin pouvoir me mettre à travailler, et faire ce pourquoi je suis payé.

Et c’est parti pour de longues heures de dur labeur ! Plongeons dans ce monde de codes binaires qui me fascine tant.


Commençons d’abord, par mettre en marche mon fidèle compagnon, qui n’est autre que mon précieux ordinateur. Une seule pression, et le tour sera joué.


J’appuie sur le bouton de démarrage, et … Eh ? Quoi ? Pas de ronronnement ? Pas de petite lumière verte qui clignote ? Non, ce n’est pas possible … pas ça ! Il doit y avoir une explication. Le destin ne peut pas s'acharner sur moi de la sorte.


Ok, Nino, on se calme. On inspire profondément et on réfléchit. Vérifions, dans un premier temps, que tout est correctement raccordé. Hum … l’écran, ok … la prise secteur, ok … Pas de soucis de ce côté. Alors, peut être, n’ai-je pas pressé correctement le bouton ? Retentons notre chance. Allez, on y croit …



Quoi, toujours pas ? Non, ce n’est pas possible ! Je suis maudit ou quoi ?

Pourquoi a t-il fallu que ça m’arrive … à moi ? Je savais que j’aurai dû rester chez moi, et prétexter une quelconque maladie pour ne pas venir … Je sentais que cette journée serait un vrai calvaire.


Et me voilà donc, maintenant avec un ordinateur complètement HS, en supplément de tout ce qui vient de m’arriver …


Et maintenant, je n’ai plus qu’à appeler la maintenance de l’agence pour que l’on me change ça. Heureusement pour moi, mes données sont sauvegardées sur le serveur du groupe. Enfin si on peut appeler ça de la chance, vu que je vais devoir attendre que l’on vienne me remplacer tout ça, sans compter le temps que prendra la remise en route du programme d’installation. Rah, j’en bouillonne déjà d'avance.

Mais, je n’ai pas vraiment le choix … Je m’empresse, donc, de contacter le service en question qui m’assure que quelqu’un sera là d’ici quelques minutes.


Et voilà, je n’ai plus qu’à patienter calmement, assis ici, et surtout seul face à ma malchance.


Cinq minutes, puis dix, et … enfin la porte s’ouvre. Ce n’est pas trop tôt.

Mais … que … quoi ? Lui ? Attendez, c’est une blague, là … Je dois être en plein rêve. Je vais me réveiller.


Je me pince, mais rien n’y fait. Il est toujours là … face à moi … en train de me sourire …de me regarder de ses yeux perçants comme s’il pouvait lire en moi …


Et voilà que ça recommence. Je n’ai plus aucun contrôle sur moi même. Mon cœur bat à tout rompre. Mes mains deviennent moites. Mes yeux ne cessent de le contempler. Et même si je me relève pour lui céder la place, je ne sais par quel miracle j’y parviens. Je suis comme hypnotisé par son charme. Je suis … tout simplement fasciné par ce corps qui me fait face.


Il s’avance vers moi, et alors une vive chaleur s’empare soudainement de moi. Je sens mes joues s’enflammer.

Et à présent mon visage doit être passé au rouge … un beau rouge vif.


Honteux et gêné, je m’écarte rapidement, et vais m’appuyer contre le mur opposé. J’ose, alors, à peine le regarder, de peur de croiser à nouveau son regard, et de me retrouver dans le même état.


Il va sûrement me prendre pour un fou d’avoir réagi de la sorte. Mais en même temps, il n‘aurait pas tort. Je ne comprends absolument pas ce qu’il m’arrive. Il a une telle emprise sur moi que j’en suis immédiatement déstabilisé.


Il faut que je me ressaisisse, et au plus vite. Je ne peux pas me laisser aller de la sorte. C’est un homme … un simple employé de maintenance qui ne fait que son travail … Mais alors, pourquoi ? Pourquoi ai-je cette envie irrépressible de le dévorer des yeux, encore ?


J'inspire profondément, bombe le torse pour me donner le courage de lui faire face, et surtout pour ne pas craquer face à lui. Mais voilà, c’est plus facile à dire qu’à faire. Et je suis de nouveau entrain de le dévisager, laissant mes yeux à admirer les muscles de son don en pleine action, puis descendre pour … dévorer … Oui dévorer, parce qu’il n’y a pas d’autre mots pour  exprimer ce que je ressens face à un tel fessier. J’ai même le privilège de pouvoir entrevoir le haut de son dessous …


J’ai honte, mais en même temps, c’est plus fort que moi. Et si je m’écoutais, je lui sauterai dessus pour enfin toucher ce que je ne peux, qu’à présent, caresser des yeux.

Tout cela en est même devenu une véritable torture, un vrai combat intérieur pour ne pas me laisser aller à ces pulsions perverses qui me tiraillent.


Rah, mais qu’est-ce qu’il m’arrive ? Et si jamais il se retourne, et qu’il me voit entrain de fantasmer de la sorte sur lui ?

Non … Non, je n’ose même pas imaginer. Je serai définitivement fini.


Okay Nino. A présent, ça suffit. Ferme les yeux, tu t’éviteras, dans un premier temps, toute tentation inutile. Et maintenant, il faut que tu focalises ton esprit sur autre chose pour contrer ton imagination plus que débordante, comme cette sensation sur tes lèvres.


Attends, qu’est ce … C’est trop réel pour n’être qu’une simple fantaisie.


J’ouvre doucement les yeux comme pour m’assurer qu’il ne s’agit là que d’une feinte de mon esprit… Mais …


Non, je ne rêve pas. Cet homme dont je ne connais pas le nom … cet homme que je vois seulement pour la deuxième fois de la journée et qui me fait fantasmer … est bel et bien entrain de m’embrasser.


C’est complètement insensé … Je dirai même invraisemblable … Mais …

Argh … Je devrai le repousser … oui je devrai, mais … j’en suis incapable …

C’est comme si ça avait toujours été lui … Comme si mes lèvres n’avaient connu que les siennes.

En cet instant, je n’ai envie que d’une seule chose …  profiter pleinement de ce bonheur inconnu qui m’envahit …


Je m’accroche à lui … Je l’agrippe … Je l’enlace …Je ne veux, en aucun cas, être séparé de lui.


Ses lèvres contre les miennes …Elles sont si délicieuses.

Son corps contre le mien … Il est si chaud

Et maintenant … ses mains sur ma peau … Elles sont si délicates. Ses doigts glissent et me caressent avec tant de sensualité …


Je ne peux plus résister … Non, je ne peux vraiment plus. J’ai déjà lâché prise depuis bien longtemps …

Mais désormais, je veux plus … beaucoup plus …

Je veux qu’il me prenne … qu’il me fasse sien … Je veux le sentir s’immiscer en moi … au plus profond de moi. Je veux lui appartenir … entièrement …

Ses lèvres … ses mains … Je veux qu’elles parcourent mon corps … qu’elles le fassent frémir.

Ahhh oui … c’est ça … Ses mains s’activent enfin.

Ma chemise … mon pantalon … Ouiii, et maintenant, ah …

Ses lèvres dans mon cou … sur mon torse … C’est tellement agréable que je me surprends à pousser de légers gémissements.

Ahhh, comment peut-on être aussi habile de sa langue. Je la sens glisser, mouiller,  puis tournoyer sur moi ; tandis que ses doigts se jouent de mes deux pointes durcies.


Cela en est trop … Mon envie est telle que j’ai l’impression que mon corps va céder sous son propre poids.


Ahhh … et voilà que ses mains glissent à nouveau sur moi pour définitivement libérer mon membre de son emprise vestimentaire …

Mon excitation est désormais à sa merci. Je ne suis plus qu’un jouet dans sa bouche.

Il me titille … me mordille … Ah non, cela en est trop !!! Mon corps n’en peut plus …


Par pitié … Prends-moi … Malmène-moi … Empare-toi de moi que je sente tes lèvres glisser avec force sur mon intimité ...


Je t’en prie emmène-moi là où la raison n’existe pas …

Je te veux … Je te veux tellement … que j’ai l’impression de perdre pied


Oui comme ça … Oui vas-y … Plus vite … plus fort … Plus … toujours plus …

Ah … oui … Aaaah !!! Je … je vais lâcher … prise …



« Ninomiya-san, Ohé … Ninomiya-san »

Hum … Mais qu’est-ce que … Qu’est-ce qu’il se passe ?

Lourdement adossé sur ce que je pense être mon bureau, je me redresse difficilement avec cette étrange sensation que mon corps pèse une tonne.

J’ouvre les yeux dans un même élan, et là, à quelques centimètres de moi … non à quelques millimètres de moi, il est là … ses yeux me transperçant de toute part.


Mon souffle se fait soudainement court … Mon corps me brûle … Les battements de mon cœur s’intensifient …

Mais qu’est-ce qu’il m’arrive ? Pour …


Attendez une seconde … Pause.

Ninomiya concentre-toi … Résume la situation …

Retard … pluie … bus … odeurs nauséabondes … ascenseur … le choc … la pa-nne puis le dépa-nneur … puis … ses lèvres, son corps, ses mains, le plaisir qui s’empare de moi …


Aaaahhhh !!!!!!! Je … On … on l’a FAIT ????


« Ninomiya-san, vous allez bien ? Vous êtes tout rouge …

_ Je … euh … oui … enfin … non … Qu’est-ce qu’il s’est … passé ?

_ Vous ne vous souvenez pas ? Bien sûr que si que je me souviens mais …

_ …

_ Vous avez fait appel à nos services. Je me présente, je suis Ohno Satoshi ; je suis la personne en charge de votre demande de dépannage. Quand je suis arrivé, vous étiez assoupi sur votre bureau. Mais je me suis tout de même permis de m’occuper de votre ordinateur. Et puis soudainement, je vous ai entendu remuer puis …»


Ohé ohé … qu’est-ce que … Non non non, ce-n’est-pas-possible !!!!!!

Je l’ai vu rentrer dans mon bureau … Je l’ai vu travailler sur mon ordinateur … Je l’ai senti m’embrasser … Je …

Non … Je ne peux pas le croire … je n’ai pas pu rêver à ce point … Je …

Pitié ne me dites pas qu’il …

AHHHHHHHH !!! Nooooon !!! Je suis fini !! Fini …


« … Mais vous semblez aller mieux à présent. »

Je veux mourir … j’ai tellement honte …


« Je dois vous laisser. Je suis attendu sur une autre panne …

_ Je … vous … en prie … »


Incapable de faire le moindre mouvement, je le regarde juste partir … Je le regarde juste me sourire par politesse avant de fermer la porte derrière lui.


Quel imbécile, je suis ! Pour qui est-ce qu’il a dû me prendre en m’entendant … gé-mir …

Ah non, je ne veux même pas y penser … Niveau honte, on peut dire que j’ai touché le fond.

Mais ce n’est pas le pire … Le plus triste, c’est que tout cela n’était qu’un rêve … un simple rêve …

J’aurai tellement aimé que cela ce soit réellement passé … Oh oui … tellement …


Y’a pas à dire, j’ai vraiment l’esprit tordu … Et surtout, je dois être vraiment en manque pour avoir rêvé avec autant de … passion.

Mah… Allez, il serait peut-être temps que je me mette à travailler. Je dois vite oublier tout ça, même si … je n’en ai pas vraiment envie …


Hum ? Tiens, qu’est-ce que c’est ? Le bon d’intervention ?


« J’ai été ravi de faire votre connaissance, et de notre petit tête à tête … Ninomiya-san.

Et, j’aimerai beaucoup approfondir notre relation … N’y voyez là aucun mauvais jeu de mot de ma part, bien sûr. Même si cela ne serait me déplaire une seconde fois.

J’aimerai sincèrement vous revoir …

Affectueusement,

Ohno Satoshi »


EHHHHHH ??? Attendez une seconde …

Ce n’était pas un rêve ???? Non, je ne peux pas le croire …

Mais alors pourquoi a t-il fait comme si rien ne s’était passé ? Pourquoi ? Je dois le rattraper … Je …


« Ohno-san !!! »


Là, au bout du couloir, je le vois. Il s’arrête … se retourne … et …

Ce sourire … Ce petit clin d’oeil ...


Ce n’était pas un rêve alors …



Encore un très Joyeux Anniversaire ma Lili
<3 <3 <3 <3 <3
  • Humeur actuelle: heureux
  • Musique actuelle: Shining Collection - Gravitation
Matsumiya

ARASHI EN FRANCE : Mobilisons-nous !!!!!!!!!!!

ARASHI EN FRANCE !!!


Les pages Arashi France et Arashi French Fandom (toutes deux sur facebook)
s'associent pour essayer de
faire venir Arashi en France !
-
Et on a besoin que tout le monde se mobilise !
-
Pas de panique ! Rien de bien compliquer !
Il suffit de signer une pétition en suivant les indications ci-dessous :
-
Pour participer, il suffit de cliquer sur ce lien :
-
--> Cliquez sur "Make" et donner un prix approximatif du billet de concert dont vous prêt à payer pour y assister!
--> Chose importante ! Pensez ensuite à partager sur facebook et/ou twitter en cliquant sur les petits onglets de la page !
-
On compte sur vous !
-
Merci d'avance pour votre participation !!
-
Arashi France et Arashi French Fandom
  • Humeur actuelle: malade
Matsumiya

Arashi - CM "Puzzle & Dragons"

Arashi - CM "Puzzle & Dragons"


Souvenez-vous, il y a quelques jours, je vous parlais de la sortie du prochain CM "Puzzle & Dragons",
à l'occasion de leur 3ème anniversaire.
Et bien, c'est chose faite, et je peux vous assurer que c'est du lourd !!!
-
Ce CM est juste incroyable ! AMAZING !! SUGOI !!!
Et nos 5 ikemens sont juste ... kyaaaaaaaa !!!!!
-
Je vous laisse apprécier le spectacle !
DOZO !!

cm (1) cm (2)
cm (10) cm (5)cm (6) cm (9)